Skip to content

Interview – Vincent Dozhwal Bagot – Formation gratuite sur le prélèvement rhino-pharyngé

Découvrez l'interview de Vincent Dozhwal Bagot, fondateur de Simango, et créateur d'une formation gratuite sur le prélèvement rhino-pharyngé dans le cadre du Covid-19.
L'équipe de Simango
Pourriez-vous vous présenter, et présenter Simango en quelques mots ?

Je suis Vincent Dozhwal Bagot, médecin de santé publique, et co-fondateur de Simango, avec Guillaume Maquinay. Simango souhaite aider les établissements de santé à former leur personnel de manière plus ludique, plus flexible, et moins coûteuse que la formation traditionnelle.

Comment ? Via un catalogue de scénarios de formation, en réalité virtuelle et en serious game, sur smartphone, tablette et PC. Aujourd’hui, Simango adresse une centaine d’établissements de santé.

Comment en êtes-vous venu à allier vos compétences en médecine à des compétences en développement et graphisme ?

L’outil informatique permet de donner libre court à sa créativité. Passionné de jeux vidéo, j’ai appris le développement et l’infographisme en créant mes propres jeux vidéo. Aujourd’hui, je suis médecin de santé publique. La médecine de santé publique a comme particularité de s’adresser à une population globale, et non plus à des individus l’un après l’autre.

Le numérique est aujourd’hui énormément présent dans le domaine de la santé, que ce soit dans la communication, le dossier médical personnel ou DMP, la télémédecine, la prise de rendez-vous en ligne, mais aussi dans toute la numérisation des métiers à l’hôpital.

Il manque souvent une interface entre les besoins métiers soignant et non soignant, et la partie technique/ informatique. Je pense que la réalité virtuelle, puis la réalité augmentée vont être des outils majeurs de la formation de demain, que ce soit en santé, mais aussi pour toutes les professions. J’espère apporter ma pierre à l’édifice, en aidant à créer des contenus de qualité, indispensables pour un bon apprentissage, et un impact sur la qualité des soins dans les établissements de santé.

Pourriez-vous nous présenter votre formation gratuite sur le prélèvement rhino-pharyngé ?
Capture d'écran de l'application
Capture d'écran de l'application

Le prélèvement rhino-pharyngé permet de réaliser un test RT-PCT, qui est actuellement le test reconnu pour savoir si on est contaminé ou non sur le moment, par le coronavirus, à l’origine de l’épidémie de Covid-19. Les événements récents ont montré que ce test va avoir une importance majeure, pour contrôler l’épidémie maintenant, et sur la fin d’années 2020.

Le test en lui-même est fiable, mais il n’est pas toujours bien réalisé, ce qui provoque des « faux-négatifs » : un résultat négatif, alors que le patient était effectivement contaminant. Ce scénario est né d’une demande de l’ARS PACA, qui souhaitait former environs 1000 agents sur la région, sur ce geste-là.

La formation dure environs 10 minutes, est accessible facilement sur les différents stores (smartphones ou ordinateurs). L’objectif est de rassurer le soignant sur sa pratique, mais aussi de savoir expliquer ce qu’est le virus, par exemple pour savoir répondre aux questions des patients.

La création de cette application a été co-financée par la délégation PACA de l’ANFH (association pour la formation hospitalière). Au vu des demandes d’accès à ce scénario par d’autres délégations et établissements de santé, nous avons décidé de proposer ce scénario librement, à l’ensemble du territoire.

Cette formation va être d’autant plus importante, qu’un arrêté du 24 juillet 2020 a étendu la possibilité de réaliser ce geste aux infirmiers, aux sapeurs-pompiers, aux gendarmes, et aux étudiants en maïeutique, odontologie et d’autres personnels, comme les aides-soignants.

Nous espérons que notre formation va permettre d’améliorer la qualité des gestes, et donc les résultats, dont la fiabilité est très importante dans notre contexte.

Quelles sont les autres formations similaires que vous proposez ? Pourquoi la thématique du risque infectieux en particulier ?

Aujourd’hui, sur mobile, nous proposons ce scénario, ainsi qu’un scénario sur les précautions standard et complémentaires. Si la thématique du risque infectieux est prédominante, c’est que la partie mobile de notre catalogue, est juste apparue dans le cadre de l’épidémie. Cependant, dans notre catalogue en réalité virtuelle, nous proposons des chambres des erreurs, mais aussi d’autres scénarios, comme par exemple la sécurité incendie, ou l’armoire à pharmacie à demi-dotation. Nous espérons proposer prochainement d’autres formations sur mobile, comme par exemple le droit du patient. 

Vous avez une idée de scénario ? 

Quels sont vos appuis parmi les hygiénistes et / ou les ressources documentaires que vous utilisez ?

Pour créer une première trame de ce scénario, je me suis appuyé sur les nombreuses ressources disponibles sur internet, notamment de la SFM (Société Française de Microbiologie), mais aussi des vidéos réalisée par différents acteurs, comme le CHU de Bordeaux et le CPias Nouvelle Aquitaine.

La trame a ensuite été corrigée, et validée par un médecin biologiste du centre hospitalier de Nice. De manière générale dans nos scénarios, nous co-créons systématiquement avec un établissement de santé, pour labelliser le scénario et assurer sa crédibilité et sa fiabilité scientifique. Pour le scénario précautions standard et complémentaires, nous avons travaillé avec le CHI de Montblanc.

Quels sont vos objectifs d’évolution (pour vous et votre société) ?

Simango a levé des fonds en janvier 2020, ce qui nous permet d’envisager une perspective à 5 ans. Nous souhaitons proposer, que ce soit sur mobile ou en réalité virtuelle, de nombreux autres scénarios, qui répondent à un vrai besoin des établissements de santé.

La santé n’est jamais figée, les recommandations évoluent, et nous sommes vraiment dans une optique d’amélioration continue de nos scénarios, afin d’apporter une vraie valeur ajoutée aux établissements de santé. Aidé aujourd’hui d’une équipe de 8 personnes, nous espérons comme toute start-up, rapidement grandir en France puis à l’international.

Notre prochaine grande étape est évidemment la Semaine Sécurité Patient 2020, où de nombreux services qualité nous ont déjà contactés pour dispenser nos formations.

Merci à Vincent Dozhwal Bagot.
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest