Mesures de prise en charge de patient infecté ou colonisé par Candida auris

Comme nous vous l’annoncions dans notre mis au point sur l’émergence de Candida auris, le Haut conseil de santé publique vient de publier  ses recommandations pour le suivi et le contrôle de ce phénomène infectieux en France.

AVIS relatif aux mesures de prise en charge de patient infecté ou colonisé par Candida auris et au rapport bénéfice-risque d’une prescription d’antifongiques en prophylaxie

Dans ce document, inspiré de l’approche de la gestion des BHRe, on voit apparaitre des notions nouvelles intéressantes comme celle de la gradation du risque de contact autour d’un cas. Ainsi le HCSP défini les contacts à risque intermédiaire ou élevé comme : « Tout patient hospitalisé qui a séjourné plus de 4 heures dans la même chambre qu’un cas (infecté ou colonisé) alors qu’aucune mesure de prévention n’était mise en place lors de la prise en charge initiale du cas ».

Le cœur de l’action se situe autour de la stratégie de dépistage et les experts se sont accordés sur deux situations à risque nécessitant la recherche de Candida auris à savoir chez tout patient :

« – antérieurement identifié colonisé ou infecté par C. auris ;

– hospitalisé dans une zone, une région ou un établissement où une épidémie à C. auris est en cours ».

Ce dernier point requiert évidemment l’expertise de l’EOH et la définition de critères internes de mise en œuvre. Parmi les sites offrant des éléments d’orientation dans ces choix on trouve celui des CDC américains avec des cartes géographiques intéressantes et une liste de pays qui ont été pourvoyeurs aux USA de cas importés chez des rapatriés sanitaires. Dans leur mise à jour au 31 mai 2019, il y avait dans l’ordre alphabétique anglais : Inde, Kenya, Koweït, Pakistan, Afrique du sud, Emirats Arabes Unis et Venezuela. Côté prévention les CDC ont même lancé pour septembre la semaine de sensibilisation au risque fongique.

En complément the Outbreak Observatory fait des points épidémiologique réguliers sur les épidémies identifiées dans le monde autour de ce pathogène et possède un compte Twitter intéressant pour le suivi de toutes les épidémies. Pour la situation française, Santé Publique France a fait un bilan disponible en première page du site e-sin.

Pour les patients ciblés, le dépistage se fera de base avec un seul écouvillon passé dans les creux axillaires et inguinaux. L’identification est basée sur la technique de MALDI-TOF avec un envoi systématique des souches au CNR des Mycoses invasives et antifongiques.

Le texte décline ensuite les mesures pour maitriser et limiter la diffusion de C. auris en cas d’indentification d’un patient colonisé ou infecté en rappelant le recours possible à l’expertise des CPIAS.

Merci aux experts du HCSP et bons préparatifs à chacun.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest